Volumes et prix à fin octobre 2020 | Chambre de l'Essonne
ESSCreated with Sketch.

Volumes et prix à fin octobre 2020

Le marché francilien du logement résiste, notamment grâce au marché des maisons

VOLUMESUn peu plus de 41 000 ventes de logements anciens ont été enregistrées en Ile-de-France d’août à octobre 2020. L’activité recule certes de 13% par rapport à août-octobre 2019 (47 330 ventes). Mais elle résiste malgré le contexte et les incertitudes qu’il génère, surtout pour les maisons avec une baisse des volumes de ventes limitée à 10% contre 15% pour les appartements.

Dans une perspective temporelle plus longue, les volumes de ventes restent supérieurs de 5% à ceux enregistrés d’août à octobre de ces dix dernières années (39 130 ventes), avec une quasi stabilité pour les appartements (+3%) pour les appartements et une croissance de 9% pour les maisons.

L’activité immobilière se structure géographiquement comme les mois précédents. A Paris, elle est restée au ralenti et il semble que la situation sanitaire a renforcé les tendances déjà constatées. Le volume de ventes des appartements baisse de 21% lorsque l’on compare août-octobre 2020 à la même période en 2019. En Petite Couronne, les volumes de ventes de logements anciens reculent de 14%, à un rythme proche de la moyenne régionale. En Grande Couronne, où l’habitat individuel prédomine, le nombre de ventes totales recule de 9% (-13% pour les appartements et -6% pour les maisons).

Des évolutions de prix de plus en plus divergentes attendues début 2021

PRIXEn Ile-de-France d’octobre 2019 à octobre 2020, les prix des logements anciens ont augmenté de 6,4%. A fin octobre, les hausses annuelles de prix restent assez soutenues pour l’ensemble des marchés. Mais la hiérarchie habituelle entre les secteurs géographiques, qui veut que les hausses de prix les plus fortes soient localisées au coeur de l’agglomération, a commencé à se modifier. Les appartements ont augmenté de 6,5% en un an dans la région Ile-de-France, la hausse des prix la plus forte étant localisée en Petite Couronne (+7,3%), puis dans Paris (6,6%) et en Grande Couronne (4,8%).

D'après les indicateurs issus des avant-contrats, dans la Capitale, le prix au m² culminerait en novembre 2020 autour de 10 900€ avant de se replier très légèrement ensuite pendant 3 mois consécutifs. En février 2021, le prix de vente au m² s’élèverait à environ 10 700€ à Paris, soit un recul de 1,7% en 3 mois. Cependant, compte tenu des hausses accumulées en 2020, les prix afficheraient encore une hausse annuelle de 3,4% en février 2021. Mais elle deviendrait la plus faible de la région, ce qui ne s’est plus produit depuis 2013.

Toujours d’après les indicateurs avancés sur les avant-contrats, les prix des appartements semblent en cours de stabilisation en Petite et en Grande Couronne (respectivement -0,1% et -0,4% de novembre 2020 à février 2021). Mais en un an, la tendance resterait encore haussière, avec une augmentation des prix des appartements de 5% en Petite Couronne et de 3,9% en Grande Couronne.

Le contraste avec le marché des maisons, qui a actuellement la faveur des acquéreurs, pourrait s’accentuer dans les prochains mois. En Ile-de-France, en 3 mois de novembre 2020 à février 2021, les prix devraient augmenter de 1,1%. De ce fait, la hausse des prix s’accélérerait encore pour atteindre 7,2% en un an à fin février 2021 (7,9% en Petite Couronne et 6,9% en Grande Couronne).

Télécharger le communiqué de presse au format PDF